Suite à la demande de certains lecteurs, je vous propose un petit exercice de soins et toucher simple agréable et efficace autant pour celui qui le pratique que pour l’animal. Cela permettra de déceler des points de tensions et des raideurs de la colonne thoracique et lombaire et de les détendre. Cette technique peut se pratiquer sur tous les animaux, il suffit d’adapter sa position et la façon dont le praticien transfère son poids selon le format de l’animal.

Le principe est simple, il suffit de se placer d’un côté de l’animal et de poser ses mains côte à côte sur la colonne vertébrale. Installez-vous en étant physiquement et mentalement bien centré. Vous pouvez mieux vous centrer en lisant ou relisant l’article:  affiner son ressenti et son toucher

Une fois positionné ainsi, garder son corps relâché pour éviter de transmettre des tensions par un toucher crispé. Soyez attentif à la décontraction de vos mains et de vos épaules surtout lorsqu’elle sont « en l’air » avec les grands animaux.

Ensuite, c’est parti ! Mettez le poids de votre corps dans vos bras et vos mains en effectuant successivement un balancement vers l’arrière et vers l’avant. Vers l’avant, on exerce une poussée, vers l’arrière, c’est un mouvement de tirer. C’est comme le mouvement du flux et reflux d’une vague. Veillez à le faire lentement avec une inertie qui imite le mouvement de l’eau, le corps étant constitué de liquide, il ne sait pas aller plus vite. Pour avoir ses « vraies » réponses il faut que votre toucher lui propose des informations qui respectent son rythme !

Pour cela, vous pouvez suivre le rythme de votre respiration: inspirer en position neutre, expirer en transférant votre poids vers l’avant (aller jusqu’à la fin de votre expiration). Puis retour en position verticale en inspirant, et on recommence en allant vers l’arrière avec une nouvelle expiration.

Faites cet exercice en vous plaçant une fois à la gauche et une fois à la droite de l’animal afin de permettre davantage de symétrie dans les mouvements. En général, « on tire » et « on pousse » de façon différente et l’animal sentira bien votre asymétrie…

Pour un cheval, une vache ou un grand animal

Se placer d’un côté en se mettant les jambes écartées de la largeur des épaules ou en fente (une jambe en avant de l’autre). Cette position permet de se centrer et d’utiliser le poids de son corps plutôt que la force de ses bras ou de ses mains. Vous pouvez essayer aussi d’effectuer une petite variante pour affiner vos perceptions en gardant une seule main sur le dos qui écoute les mouvements pendant que l’autre placée plus bas au niveau des côtes (dans l’axe de votre avant-bras) exerce une poussée. Pour les personnes de petites taille cette variante est souvent utile pour bien effectuer le mouvement.

Pour un chien, un chat ou petit animal

On se positionne également tour à tour à droite ou à gauche de l’animal, mais cette fois, le corps n’a pas besoin de se balancer de manière aussi nette que ci-dessus. Votre mouvement de vague va être plus léger et plus petit, si bien que cela peut aller jusqu’à l’intention du mouvement. Ainsi vous ressentez  ce va et vient dans votre corps mais il se voit très peu, voire pas du tout. Et oui, imaginez-vous faire cet exercice sur un furet!!…

Je vous propose d’expérimenter, je ne vous en dis pas plus sur ce que vous pouvez ressentir sinon, l’humain est ainsi fait, on cherche à trouver la sensation décrite mais on perd en qualité de toucher et d’écoute 😉 Si vous souhaitez en savoir plus, j’attends vos commentaires ci-dessous pour vous aiguiller…

360 Partages
Partagez355
Partagez4
Tweetez
+11