Effectuer un suivi ostéopathique du cheval est une pratique de plus en plus fréquente. Celle du cavalier aussi, mais généralement les rendez-vous sont pris séparément. Pourtant un suivi du couple le même jour un véritable plus.

Je vais donc vous expliquer en quoi une approche tissulaire du couple cheval-cavalier permet de créer une réelle synergie entre deux êtres qui ont parfois du mal à se comprendre.

Une des raisons qui m’incite à en parler c’est que les ostéopathes mettent régulièrement en évidence que plusieurs chevaux montés par un même cavalier présentent des blocages ostéopathiques similaires. Etonnant non ?

 

 

De la biomécanique équine à la biomécanique humaine et équestre !

 

L’ostéopathie a un champ d’action large. Toutefois, la plupart du temps, quand un cavalier appelle un ostéopathe pour son cheval, c’est parce qu’il a repéré des gênes, raideurs soudaines, que certains exercices sont difficiles à effectuer correctement ou que la qualité des allures se dégrade…

En général on pense que le cheval s’est coincé en faisant une chute, un faux mouvement ou tout autre manoeuvre de nature à le gêner. Et bien sûr, on n’était là pour savoir s’il s’est réellement passé quelque chose d’insolite. Rassurez-vous, souvent il ne se passe rien d’extraordinaire. Mais quoi qu’il en soit, il y a un problème et il faut trouver une solution.

Imaginons un scénario, à vrai dire bien plus fréquent qu’on ne le pense…

“Lâchons” notre quadrupède préféré et attardons nous un moment sur nous-même. Oui je parle bien de vous, du cavalier.

Faisons ensemble le tour du propriétaire.

Pour commencer, enlevons nos chaussures et installons nous en position debout les pieds bien ancrés.

Maintenant, ressentons notre corps en partant des pieds et en remontant jusqu’à la tête.

Mes deux pieds ont-ils un appui égal, sont-ils posés de manière symétrique ? Remontons progressivement des pieds jusqu’au bassin pour évaluer si on est bien d’aplomb. Oui, comme notre cheval 😉

Y-a-t-il des zones de tensions, de tiraillements, des points douloureux ? Si j’avais une balance sous chaque pied, le poids serait il le même des deux côtés ?

Si tout va bien jusqu’ici et qu’aucune anomalie ne vous a frappée, attardons nous un peu sur le bassin.

Faites de petites rotations lentes en vous tournant de quelques centimètres sans vriller vos genoux. Allez alternativement vers la droite et la gauche en faisant partir le mouvement de vos pieds. Répétez ce mouvement pendant quelques instants.

Puis évaluez si l’amplitude de rotation vers la droite et vers la gauche sont similaires ? Se fait-elle avec la même aisance des deux côtés ?

A ce stade, vous aurez peut être remarqué que l’amplitude et la facilité de mouvement ne sont pas totalement identiques. Bon ok, personne n’est symétrique à 100%.

Votre votre bassin est-il “au carré” ?  Par exemple vos crêtes iliaques (les deux os du bassin que vous pouvez sentir en posant vos mains sur l’avant de la taille) sont-elles à la même hauteur ? Sont-elles correctement alignées.

Si non, cela signifie que lorsque vous vous tenez naturellement debout votre bassin est légèrement tourné vers la droite ou la gauche…

Si vous avez repéré ces dissymétries, cela montre que l’ensemble de votre corps s’organise pour s’équilibrer au mieux. Vous pouvez voir sur les schémas ci-dessous que le moindre décalage du bassin va avoir une incidence sur l’orientation de la ceinture scapulaire, donc de vos épaules. Et entre les épaules et le bassin, il y a notamment les muscles du dos qui font également “tampon”.

 

 

Vous pouvez continuer à remonter la chaîne jusqu’en haut pour repérer d’autres phénomènes de ce type au niveau du tronc, des épaules, du cou et de la tête.

Pour cela il suffit simplement de faire des mouvements de rotations au niveau de la ceinture scapulaire, puis de la tête comme vous l’avez fait avec le bassin…

Poursuivons notre chemin et voyons ce que cela induit au niveau du cheval et de la pratique de l’équitation…

Et si c’était les dissymétries du cavalier qui jouaient sur celles du

cheval, et réciproquement bien sûr

 

Et oui, reprenons l’exemple du bassin et voyons ce qu’il se passe si votre crête iliaque droite est tournée vers la gauche avec plus d’amplitude de mouvement dans ce sens.
Lorsque votre cheval avance son antérieur gauche, son encolure s’incurve du même côté et suit le membre en quelque sorte.
Cela va étirer le tronc et l’encolure du cheval à droite. Dans ce cas votre bassin qui va bien vers la gauche va accompagner le mouvement du tronc sans soucis. Et votre épaule et main droite vont suivre le mouvement de l’encolure en même temps.
Par contre, lors de l’avancée de l’antérieur droit du cheval votre bassin pourra moins bien accompagner le mouvement du cheval…
Que va-t-il se passer ?
Et bien la synchronisation des centres de gravité du cheval et du cavalier vont être dissonantes. Le cheval pour optimiser son équilibre va adapter son mouvement de manière à ce que les deux centres de gravités gardent le maximum de fluidité.
Voilà, c’est ainsi que des chaînes compensatrices se mettent en place dans le temps pour ressembler un jour à de vrais blocages.

Voyons maintenant côté blocages tissulaires du cheval ! Si vous souhaitez les repérer: https://soins-et-toucher.com/massage-points-de-tensions-cheval-chien/

Et bien c’est la même chose que de votre côté. Si vous sentez qu’il n’arrive pas à faire un mouvement correctement, vous allez chercher une solution dans votre posture pour conserver le meilleur équilibre tous les deux. Cela s’ajoute en plus à votre problème de bassin…

De fil en aiguille, on se retrouve le cheval comme le cavalier à “bricoler” chacun de notre côté pour gérer nos soucis de postures…

Mais aussi pour prendre en charge les soucis de postures de l’autre. Bref, ça peut aller loin jusqu’au moment où la machine coince vraiment…

Une solution ? prendre RDV à deux pour une approche tissulaire du

couple cheval-cavalier

 

Une séance où le cheval et le cavalier sont vus le même jour permet de mieux comprendre les disharmonies du couple et de les traiter conjointement pour repartir ensemble sur de bonnes bases.

Pourquoi je parle d’approche tissulaire et pas d’ostéopathie structurelle ? Tout simplement parce que l’approche que je vous propose sur l’humain peut se pratiquer facilement dans une écurie.

Elle s’effectue debout et assis, donc nul besoin d’une table. J’utilise une technique qui s’appelle la méthode Moneyron . Cette méthode s’explique en partie par le concept de la tenségrité.

L’approche tissulaire se fonde sur le principe de la biotenségrité. Ce serait un peu technique à expliquer ici mais pour faire simple disons qu’il s’agit d’équilibrer les forces représentées par les structures osseuses et de régler les tensions des tissus conjonctifs.

Il s’agit donc d’équilibrer les haubans par le biais des fascias, muscles, etc pour régler l’alignement des pièces osseuses (cf schémas sur l’homme ci-dessus pour comprendre l’architecture du corps).

L’organisation du cheval et des quadrupèdes se fonde sur le même modèle. Entrons davantage dans les détails pour comprendre ce fameux blocage tissulaire où l’on effectue aucune manipulation pour replacer les os.

L’avantage de cette approche est qu’elle n’a aucune contre indication et que l’on traite les mêmes problèmes qu’en technique structurelle.

Pour ceux qui n’aiment pas que ça craque pour diverses raisons physiques ou émotionnelles, les techniques tissulaires sont une réelle alternative.

Lorsqu’il y a une dysfonction sur un tissu conjonctif, le tissu se rétracte vers un point et attire les autres tissus du corps dans sa direction (voir schéma ci-dessous. C’est de cette façon que la tension des haubans se modifie en entraînant des changements de postures comme vu précédemment.

 

 

Voilà pour l’essentiel, j’espère que vous ferez un petit tour de votre posture avant de monter votre cheval.

En le faisant régulièrement, vous ressentirez mieux comment les chaînes de blocage se mettent en place.

Vous pourrez réagir plus vite et éviter de laisser s’installer des déséquilibres qui nuisent à la coordination et l’harmonie de votre couple.

Après tout, le rêve de tout cavalier n’est-il pas de faire qu’un avec son cheval et de devenir un centaure…