Mon cheval a mal au dos ou ailleurs ?

 

Dix comportements qui montrent que mon cheval a mal au dos ou d’ailleurs

En fonction des attitudes du cheval, nous sommes amenés à penser qu’il a mal au dos. Mais le problème vient-il vraiment du dos ? Voici une liste non exhaustive qui confirme l’inconfort et le mal de dos du cheval et propose des pistes fréquentes pour trouver les origines courantes de ces problèmes.

Il est également possible que ces phénomènes soient reliés à des problèmes de comportements relatifs à la relation entre le cheval et le cavalier, un manque de travail et / ou de compréhension du cheval, etc. Néanmoins, si l’attitude du cheval persiste, il y a fort à parier qu’il s’agisse d’un inconfort physique.

  • Le cheval se tient sous lui des postérieurs: problèmes et blocages du dos, pathologies au niveau des pieds des antérieurs. Sur le long terme, les deux à la fois.
  • S’il est campé, jamais carré ou soulage un membre: le dos, l’arrière-main ou une articulation d’un membre peuvent être douloureux.
  • Les allures sont étriquées, il n’avance pas, trébuche: sensibilité, pathologie des pieds antérieurs ou des tissus du membre, déséquilibre mécanique des phalanges, blocage du garrot, problèmes articulaires sur les membres postérieurs, problème d’adaptation de la selle.
  • Asymétrie à une main: problème articulaire ou cheval très latéralisé (plus fort à droite ou à gauche). Dans ce cas orienter le travail de manière à équilibrer les deux côtés. Le côté fort et résistant doit être assoupli et étiré. C’est en principe de ce côté que le cheval met le plus de poids. On peut constater dans ce cas une dissymétrie de la taille des pieds et un cheval qui met plus de poids dans la rêne du côté concerné. Pour le côté plus faible et plus souple, il faut le renforcer en demandant au cheval de remettre du poids sur les membres concernés. Certains chevaux sont très asymétriques naturellement. Si le travail ou l’entraînement ne corrige pas cette problématique, il peut devenir irrégulier ou boiteux assez tôt en raison de contraintes trop importantes car mal réparties sur les quatre membres. Dans ce cas, les maux de dos et blocages, les problèmes articulaires sur un membre, un pied, etc vont se cumuler en chaîne. Le matériel utilisé peut être en cause (mors et selle inadaptés).
  • Creuse  le dos au pansage, se soustrait à la pression des mains, réaction au sanglage: généralement il s’agit d’une douleur ou d’une sensibilité plutôt localisée sur la colonne. Attention, certains chevaux sont plus sensibles que d’autres à certains contacts. Il faut donc évaluer les réactions dans leur ensemble et en fonction de l’individu pour avoir une idée juste. Un pur sang ne réagit pas comme un demi sang ou un trait ! Un cheval qui creuse le dos sous la pression d’une main est normal s’il ne cherche pas à la fuir. Cela veut dire que son dos peut encore bouger puisqu’il doit pouvoir se fléchir et s’étendre, c’est donc une bonne nouvelle ! En revanche s’il fuit le contact ou se creuse en anticipant la pression, c’est qu’il y a une sensibilité plus nette, une crainte (mémoire), voire une douleur… Les raisons de ce comportement peuvent être mis en rapport avec des problèmes de dos et des blocages (musculaires et / ou articulaires), des problèmes d’adaptation du travail, une selle mal adaptée, un cheval qui ne supporte pas le contact trop dur d’une étrille en fer, etc…
  • Défenses à la jambe, ruade des postérieurs, se traverse, fouaille de la queue, ne se tend pas: douleur au niveau des viscères digestifs, douleur musculaire ou articulaire du dos lors des demandes d’incurvation ou d’engagement, blocage des charnières thoraco-lombaire et / ou lombo sacrée qui perdent en possibilité d’amplitude de mouvement. Pour les juments, il peut s’agir de douleurs ovariennes, pour les hongres d’adhérences de la cicatrice de castration, et pour les entiers, un cordon des testicules…
  • Défenses à la main, refus du contact: problème d’asymétrie (cf ci-dessus), mors non adapté à la conformation de la bouche du cheval, problèmes de dents et / ou d’équilibre dentaire avec “déformation associée” de l’articulation de la mâchoire, blocage de la charnière C0/C1 (tête et première cervicale). Mais aussi, points de pression causée par la selle. Il faut également chercher au plus vite la cause du problème car des réactions de compensation se mettent en place dans le temps sur l’ensemble du corps de l’animal.
  • Embarque après l’obstacle, fuit à la réception: douleurs dentaires, mors inadapté, peur de la reprise de main, douleur et blocage de la colonne vertébrale et crainte “d’encaisser” le poids du cavalier à la réception, douleur d’une articulation d’un membre…
  • Sur l’oeil, fait demi tour, réactions brusques: blocages vertébraux de la région de la nuque, blocages des sutures du crâne qui entraînent des pressions dans la boîte crânienne, troubles de la vision, problèmes de blocages et d’équilibre de la mâchoire, l’ATM (articulation temporo-mandibulaire). Un déséquilibre de l’ensemble de cette zone (ATM et crâne) entraîne des réactions adaptatatives à distance en chaîne dans le temps sur l’ensemble du squelette du cheval et de son fonctionnement. Cela peut réduire à néant tout travail qui vise à la rectitude de l’animal.
  • Ne veut pas donner un pied: pour faire simple, il y a deux possibilités. Soit c’est la flexion des articulations du membre que l’on veut prendre ou une région du dos dans son prolongement qui est responsable, soit, c’est le fait de reporter davantage de poids sur le membre qui reste à l’appui qui est douloureuse. Dans ce cas, nimporte quelle zone peut également être touchée, les articulations du membre comme celles de la colonne vertébrale.
  • Tout problème dans les allures et les transitions: les articulations des membres et de la colonne vertébrale, les pieds, les dents, le matériel (selle, mors, etc)…
  • Tout déséquilibre mécanique, toute faiblesse structurelle des tissus qui constituent l’ensemble du pied / sabot du cheval sera compensé à distance par d’autres structures corporelles. Nous avons évoqué ci-dessus des manifestations courantes qui peuvent être en rapport avec des pathologies podales.  Ces dernières vont modifier leur physiologie en s’adaptant et réduire le potentiel physique du cheval plus rapidement. Tout le monde connaît le célèbre dicton “pas de pieds, pas de cheval” ! Il prend ici tout son sens.

Que retenir ? Certains soins à ne jamais négliger…

L’équilibre du squelette et des tissus est complexe, tout est inter-relié. Par exemple, s’il y a une contracture au niveau d’un muscle de l’épaule suite à un travail et que l’on ne s’occupe pas du retour à la souplesse de cette structure, le train est en marche… Une épaule raide va transmettre à distance son inconfort: aux tendons, aux vertèbres, aux autres articulations. Finalement, l’ensemble du schéma corporel se trouve modifié et s’adapte jusqu’à la perte d’élasticité et d’extensibilité des tissus conjonctifs (muscle, tendons, ligaments), ainsi l’irrégularité et la modification des structures apparaissent, puis plus tard la boiterie arrive, voire l’irréversibilité d’une pathologie… Tout était en place pour en arriver là.

Le professeur Leriche, un médecin disait “la pathologie évolue dans le silence de la physiologie”… Voilà ce qu’il faut garder en tête, le moindre dysfonctionnement que l’on méprise souvent car il nous semble insignifiant au départ est le premier maillon d’une chaîne que l’on ne peut pas toujours remonter lorsque l’on intervient tardivement. Entre le moment où l’on peut encore intervenir soi-même ou en massage, stretching, ostéopathie, dentisterie, podologie / maréchalerie et l’opération chirurgicale, on a du temps pour repartir sur le bon chemin. En avant, calme et droit, malheureusement, ce temps n’est pas extensible indéfiniment 😉

Dans les pré-requis pour donner aux chevaux les meilleurs atouts pour être équilibré physiquement, certaines choses ne doivent jamais être négligées.

  • Faire contrôler les dents tous les ans tant pour conserver l’équilibre du squelette que pour le confort du cheval au quotidien (manger sans avoir de douleurs) et au travail. Une bonne relation avec la main du cavalier est essentielle pour préserver le mental et le physique. 
  • Il en est de même pour les sabots, les pieds nus (dits naturels) doivent être entretenu paré régulièrement pour conserver l’équilibre mécanique des phalanges. Je le précise car pour ceux qui font appel à un maréchal ferrant, parfois le fameux naturel n’est contrôlé que deux fois par an. Dans ce cas, les pieds se déforment la plupart du temps (sauf conditions de vie idéale) et c’est bien à cause d’un manque d’entretien. Pour ceux qui confient les pieds de leurs chevaux à un podologue, ces notions sont expliquées dès le départ. Les délais que le cheval soit pieds nus ou ferrés se situent entre deux semaines (entretien) et quatre à sept semaines (parage ou ferrage) selon la saison, les individus et leurs particularités. 
  • Pour ceux qui sont ferrés, huit semaines est souvent trop long. D’ailleurs en général, à ce stade, la corne dépasse souvent d’une partie du fer, le fer a tourné et les clous ressortent. Le pire est d’attendre que le cheval se déferre tout seul. En ne respectant pas ces délais, le moment où une pathologie de pied va se mettre en place se rapproche beaucoup plus vite avec une facture vétérinaire souvent très salée 😉   
  • Enfin, une visite ostéopathique annuelle est un minimum pour vérifier l’ensemble de la mécanique du cheval. Cela permet aussi de repartir avec des prescriptions personnalisées adaptées au cheval pour le garder en forme tout en optimisant son équilibre général. Si le cheval est sollicité d’un point de vue sportif, le suivi gagne a être plus régulier pour viser la performance et pour prévenir les problèmes inhérents à toute pratique physique. 
  • Il va de soi que l’ensemble de ces professionnels doivent pouvoir travailler ensemble ainsi qu’en collaboration avec le vétérinaire pour aller dans le sens du cheval 🙂

Pour aller plus loin, vous pouvez lire masser les points de tension du cheval, pratiquer un exercice simple pour détendre et mobiliser la colonne vertébrale et compléter en lisant cet article sur l’ostéopathie équine. Il y a également des articles sur  le stretching qui peuvent être complémentaires pour vous aider à détendre vos chevaux.

Racontez dans les commentaires ci-dessous, les petits maux de vos chevaux avant qu’ils ne deviennent plus compliqués et qu’un retour à la normal soit difficile, voire impossible. Après tout c’est l’idée de ce blog, proposer à tous des moyens naturels applicables par tous pour garder nos animaux en forme.

Et pour aller plus loin dans votre approche, je vous propose mon guide pour pratiquer le toucher-massage sur vos chevaux et les détendre 😉

 

19 réflexions sur “Mon cheval a mal au dos ou ailleurs ?”

  1. Bonjours tout le monde, alors voila, sa fait 2 ans maintenant que j’ai mon Pure Race Espagnole , c’est un hongre de 9ans. Celui-ci à des réactions parfois dangereuses, des fois, lorsque on lui monte dessus, il fait le dos rond, et se met à faire du Rodeo et tant que la personne n’est pas tombée il ne s’arrête pas. Et il trébuche très souvent lorsqu’il est monté, je me retrouve minimum 1 cours sur 5 par terre avec lui, car il n’arrive pas toujours à se rattraper, mais sinon il trébuche fréquemment et c’est gênant car je ne peux rien faire avec… Et lorsque je lui fait le pansage il a souvent des frissons au niveau du garot, je ne sais pas trop quoi faire, qu’est que vous en pensez ? Merci

  2. Virginie Belliard

    Bonjour,
    tu pourrais regarder les exercices de massage et de stretching sur le blog et les proposer à ton cheval. Ca te donnera une idée de ces problèmes… Ceci étant, vu ce que tu décris, je pense qu’il faut montrer ton cheval à des professionnels: ostéopathe et vétérinaire pour commencer. S’il se conduit ainsi c’est qu’il y a des déséquilibres et des douleurs, sans compter le fait que le fait de trébucher et de chercher à virer son cavalier est dangereux…

  3. Bonjour, j’ai un selle Français de 14ans, qui a fait boxe/cso jusqu’à ses 9ans, ensuite 3ans de pré et je le retravaille (ballade et quelques cours) depuis. Lorsque je le prépare, dès qu’il voit le tapis, puis la selle et que je sangle (au premier trou le temps de finir ce qui reste a faire) il essaye de mordre tout ce qu’il a a sa portée…. il est paré (pieds nus) régulièrement, a vu l’osthéo et le dentiste.

  4. Bonjour LLorens,
    Est-ce qu’il fait cela depuis toujours ? Si oui, cela peut venir du débourrage. Lorsque l’on serre un peu trop vite et fort les poulains, ils en gardent de mauvais souvenirs… Dans tous les cas faire un sanglage progressif. est-ce qu’il se gonfle ?
    Sinon, cela peut être liée à plusieurs choses:
    – Une selle qui cause des points de pressions et il anticipe. Donc faire vérifier la selle.
    – Une douleur au niveau de l’estomac (type ulcère).
    Tu peux essayer de désensibiliser la zone (éthologie). Sinon, regarde les articles de massage (points de tension et shiatsu) sur le site et teste les sur ton cheval, ça peut l’aider.

  5. Bonjour
    J’ai un cheval de 9ans ( mélange quater , selle français et arabe…) je l’ai depuis ses 3 ans , niveau travail on est allé tout doucement , il est au pré la journee avec son pote mini shet, et box la nuit . Il est vu ts les ans par dentiste , Osteo …
    Mais cela fait maintenant 3 ans qu’on a le même problème : au galop à gauche soit il met le bout du nez à l’extérieur soit il se creuse soit il se désuni et est très inconfortable , même en longe on voit nettement la différence entre gauche et droite … Il a vu plusieurs Osteo différent s mais le pb persiste …
    / selle il a vu un Saddle Fitter qui a choisi une selle pour lui il a un mors double brisure en cyprium et j’ai même tenté en cuir …
    Voilà si vous avez d’autres pistes ?!
    Merci pour votre réponse

  6. Bonjour, effectivement, sans le voir, je ne peux que donner des pistes… Si le saddle fitter l’a vu, a-t-il vu que la musculature du dos était dissymétrique ou non ? Si oui, c’est qu’il a un côté plus fort que l’autre. L’origine de ses problèmes peut avoir plusieurs causes: travail qui ne corrige pas un manque de rectitude, quel type de travail, sa fréquence, etc… Selle… Problème au niveau des pieds (est-il ferré ou pas ?): défaut d’aplombs, talons fuyants, pieds serrés, structures internes sous développées, sole fine, radios des pieds… Au niveau des dents qu’est-ce qui a été fait: place du mors, fond de bouche, dent de loup… Au niveau ostéo quels étaient les problèmes: vous a-t-on conseillé un type de travail adapté au cheval ? Avez-vous vu un véto ? Si tout cela est ok, vous avez peut être un cheval très gaucher, ou droitier et cela demande un travail spécifique avec un bon encadrement selon votre niveau et le type d’activité que vous pratiquez.
    Vous pouvez tester les différents types de massage et d’étirements proposés sur le blog et noter ses réactions, ses changements au travail. Bref, plusieurs pistes sont encore à explorer pour comprendre son problème. Bon courage et n’hésitez pas à revenir nous en faire part…

  7. Bonjour,
    Un engorgement lié à une moindre activité ou repos est assez fréquent. Si ce n’est que d’un seul côté c’est qu’il y a un déséquilibre. En général, c’est le réseau lymphatique qui est en cause (trouble circulatoire).
    – Soit ce sont les vaisseaux lymphatiques directement qui sont touchés. Vous pouvez drainer ou voir avec un vétérinaire si cela perdure.

    – Un blocage ostéopathie qui induit un déséquilibre mécanique (report de poids inégaux sur les membres) générant un trouble circulatoire.

    – Un déséquilibre énergétique. Vous pouvez voir l’article sur le shiatsu du dos du cheval pour tenter de la réharmoniser:
    https://soins-et-toucher.com/un-shiatsu-du-meridien-vessie-pour-votre-cheval/

    – Lors d’abcès, on note aussi ce type de phénomène. Si votre jument est ferrée cela peut passer « inaperçu » au niveau chaleur et sensibilité. S’il y a un trouble au niveau du pied ou un abcès, il faut prendre le pouls digité pour l’objectiver. Voici un article qui explique comment faire:
    http://www.podologue-equin.fr/page2/files/AEP-PoulsDigital.pdf

    Si le stretching n’a donné aucun résultat à ce sujet, c’est que ce n’est pas adapté au problème.
    Je vous propose de tester le shiatsu et de prendre le pouls digité.
    Si cela perdure, consultez un ostéopathe pour vérifier s’il y a un déséqulibre mécanique. Il existe également des plantes intéressantes pour ce type de troubles circulatoires. Enfin, consultez un vétérinaire au cas où les vaisseaux seraient touchés.

  8. Bonjour, je possède un trait breton prenant 8 ans cette année. Je l’ai depuis poulain et connait donc sont passé.
    Tout d’abord en premier lieu, poulain il a eu une très mauvaise expérience avec un maréchal ferrant qui lui à engendré une frayeur très marquée depuis toujours pour ces professionnels. J’ai essayé de le désensibiliser avec des maréchaux différents mais rien n’y a fait, j’ai donc dû apprendre à le parer moi même.
    Il a débardé un peu vers ses 4 ans, travaillé quelques mois en dressage et obstacle mais il a surtout fait de la balade. Je ne le monte pas de façon intensive et il vit depuis toujours au pré . Cela fait quelques temps déjà que j’ai remarqué qu’il soulève souvent son postérieur droit ( à la façon du cheval qui dort) dès la fin du travail (balade, longe). Dois-je suspecter une douleur ?
    Merci d’avance pour votre réponse, et merci pour ces articles très intéressants !

    1. Bonjour,
      Merci pour votre soutien 🙂
      Concernant votre cheval, s’il se tient tout le temps comme cela après le travail, il y a des chances qu’il se soulage ! Il faut le regarder en dynamique pour voir comment il fonctionne afin d’identifier une irrégularité. Cela peut être subtil à observer. Si vous ne voyez rien, le mieux est de faire appel à un professionnel, un ostéopathe dans un premier temps…

      1. Bonjour, merci pour votre réponse rapide !
        Effectivement, après réflexions, à la longe il a toujours eu plus de mal ” à pousser” avec ses postérieurs et à tendre son dos en mettant sa tête en bas d’un côté que de l’autre. Mais j’ai toujours prit ceci pour un manque naturel de souplesse pour un côté. Est-ce bien cela ou c’est cette irrégularité dont vous me parlez? Je n’ai jamais remarqué d’irrégularité d’allure (que ce soit en observant ses membres ou sa tête).
        En attendant de pouvoir faire venir un pro, que puis-je faire ? Etirements ? Massages ?
        Encore merci !

        1. De rien !
          Cela peut être un manque de souplesse qui avec le temps devient une raideur, puis un blocage… Sans le voir il m’est difficile de vous en dire plus ! Vous pouvez bien sûr lui proposer des massages et des étirements en notant ces réactions pour aller là où il a besoin 😉

        2. D’accord, malheureusement vous-êtes trop loin de par chez moi !
          Je vais donc essayer les étirements et les massages jusqu’à ce que je puisse faire venir quelqu’un.
          Merci encore!

  9. Bonjour, j’ai mon cheval de 30 ans qui a fait à priori une lymphangite au niveau de la jambe posteriEure. Depuis , il lui reste une espèce de boule musculaire dans le haut interne de la cuisse et il n’engage plus dans l’axe son postérieur à la marche.à force de recherche il aurait un tendon/nerf/ligament coincé de la pointe du jarret au haut de cuisse. Avez-vous déjà entendu ou vu ce genre de pathologie? Le problème est qu’il est toujours ferré car très mauvais pieds et qu’à ce jour, il ne tient pas l’équilibre le membre levé.
    Je fais appel à votre expérience car il est violent avec les vétérinaires et ostéopathes, je suis la seule en qui il ait confiance. Je suis praticienne de shiatsu humain donc j’arrive à le masser mais il me manque des infos.
    merci d’avance

    1. Bonjour Isa,
      Je suis désolée mais sans voir votre cheval, j’ai du mal à vous conseiller…
      Apparemment il y a une modification des tissus au niveau de “la boule musculaire”. Ce qui pourrait être intéressant c’est de le masser sur cette zone pour favoriser la circulation et la souplesse des tissus et peut être ainsi l’aider à mieux se déplacer.
      Je vous conseille de faire appel à un ostéopathe qui travaille avec une approche tissulaire, cela devrait mieux se passer si l’ostéopathe sait travailler sans prendre le postérieur.

  10. Véronique Clercy

    Bonjour. Je suis à la recherche de conseils car ma jument de 10 ans alterne des périodes où elle est déliée au travail et des périodes où elle marque un coup a droite , un coup à gauche des antérieurs. Lorsqu’on l’amene à la douche ( je vis dans un pays tropical…), elle tremble des antérieurs et appréhende le contact de l’eau sur son avant main. Nous ne comprenons pas ce su’elle à. Elle a vu une ostéopathe il y a un mois, période pendant laquelle était « carrée » qui lui a détecté un blocage au garrot qu’elle a réglé. Avez vous une idee de son problème car chez moi pas de radio, pas d’echo, pas de vrai véto équin….?

    1. Bonjour Véronique, je ne peux pas savoir ce qui se passe sans la voir. D’après ce que vous dites on peut penser si elle craint l’eau seulement sur cette zone (donc désensibilisation à l’eau ok) qu’il y a une hypersensibilité sur ce territoire. Cela peut être en lien avec le blocage du garrot que l’ostéopathe a détecté. Si la manipulation ne tient pas plus d’un mois c’est qu’il faut soit refaire une visité soit il y a autre chose qui entretient ce problème et qu’un ostéopathe ou un vétérinaire doivent pouvoir suspecter. Au delà de ça, il faut peut être se poser la question de l’adaptation de la selle, du parage et de la ferrrure si elle a des fers…

      1. Véronique Clercy

        Bonjour Virginie. Merci pour votre réponse. Je penche également vers votre avis concernant son garrot car c’est une jument adorable, très câline mais lorsqu’on veut la seller, ne serait ce que mettre le tapis, elle devient mauvaise, fait mine de vouloir mordre. De même, pour brouter , elle met l’anterieur gauche en pince alors qu’avant elle le reculait et mettait le droit très en avant. Elle est ferrée mais nous n’avons pas le sentiment que le problème vienne des pieds car elle réagit pas à la ferrure. Qu’en pensez vous?

        1. Bonjour
          Le problème de douleur de garrot peut venir d’un problème de pied, de garrot, d’ulcère à l’estomac vu la réaction à la selle. Je vous conseille de faire examiner votre jument par un professionnel, je ne peux qu’émettre des hypothèses, désolée mais à distance je ne peux pas savoir. J’ai une consœur qui vend des produits pour les ulcères très efficaces. Si vous souhaitez essayer cela contactez moi via la page contact pour que je vous donne ses coordonnées. Je vous remercie et je sais que ce sont des situations complexes.

Laisser un commentaire

dapibus diam lectus libero elementum sit Donec id
506 Partages
Partagez506
Enregistrer
Partagez
Tweetez