Aujourd’hui, je vous propose de décrire des comportements qui sont des signes pour nous alerter sur un inconfort ou des douleurs relatives à des problèmes locomoteur du cheval au travail. Quand ces symptômes se manifestent, un ostéopathe pour mon cheval est l’interlocuteur adapté pour traiter des blocages mécaniques.

les mêmes principes sont applicables à toutes les espèces bien sûr !!

Dans les phénomènes que je vais décrire, garder en tête que les mêmes réactions doivent se reproduire au delà de trois à quatre jours pour être significatives.

Attention également aux réactions de surprise de l’animal qui ne doivent pas être interprétées comme des gênes…

Attention, ce n’est pas parce qu’il y a une réaction identifiée sur un endroit du corps que la cause du problème est localisée à cet endroit. En ostéopathie, l’ensemble des structures anatomiques sont en relation pas le biais des différents tissus (muscles, tendons, ligaments, fascias, nerfs, organes etc…) et on peut donc avoir des réactions à distance.

Le propre de l’ostéopathie c’est de comprendre l’animal dans son ensemble. Cela signifie que toutes les interrelations doivent être prise en compte: environnement, alimentation, mode de vie, type de travail, parage, ferrure, équilibre dentaire, matériel utilisés au travail, type d’équitation, etc…

Exemple:

Un cheval avec une asymétrie de son nivellement dentaire (pousse de dents plus importante d’un côté) aura une différence de développement et de tension entre les muscles de l’avant-main de chaque côté. Mais ce n’est pas tout, cela va aussi impacter l’équilibre de l’articulation temporo mandibulaire et générer un développement de l’os différent.

Comme les os se construisent en réaction à la pression, la notion de prévention pour garder une situation proche de l’équilibre garde son importance. Si on laisse  un déséquilibre s’installer dans le temps, on favorise donc l’apparition de pathologies beaucoup plus durs à traiter (arthrose, etc…)

Cette différence musculaire de l’avant-main va générer des différences de souplesse et de force entre  le côté droit et le gauche. Ainsi il n’utilisera pas de la même manière son antérieur droit et son antérieur gauche.

Cela va générer une pousse de corne différentes et deux pieds dissymétrique. En général un avec des talons plus hauts et une forme plus serrée et l’autre avec des talons plus bas et une base large.

Continuons…

Les muscles et fascias de l’avant-main sont reliés au tronc et à l’arrière-main.

On va donc retrouver un dos musclé différemment de chaque côté.

Et également, des muscles, des sabots et des fonctionnements différents entre les deux postérieurs.

On a ainsi un système bien organisé qui relie l’ensemble des éléments du corps. C’est ce qui explique qu’une entorse du boulet mal soignée sur un antérieur provoque une irrégularité sur un membre postérieur.

Cela peut se mettre tout simplement en place par le biais d’un bassin qui à force de compenser en mettant en place un fonctionnement de protection va générer une boiterie dans le temps…

Je suis partie d’un déséquilibre au niveau de l’ATM (mâchoire), néanmoins, un schéma similaire peut se mettre en place en partant d’un autre déséquilibre sur une zone différente comme les pieds. Tout cela se construit un peu comme le principe des dominos qui réagissent en chaîne…

Voici une liste non exhaustive qui mérite que l’on prête attention à ce qu’exprime le cheval. cela peut aussi être bien plus subtil comme un changement de caractère ou de comportement 😉

  • Le cheval tremble ou se raidit lorsque l’on exerce une pression manuelle sur certains endroits de sa colonne vertébrale.
  • Réaction d’évitement ou de tension au sanglage ou à la vue de la selle.
  • Ne se laisse pas toucher le haut de la tête, les oreilles et la nuque.
  • Ne donne pas bien un pied, pèse lourd ou ne veut pas le donner…
  • Ne se roule pas, ne s’ébroue pas.
  • Ne s’incurve pas, conserve la tête toujours du même côté, plus lourd sur une rêne sans possibilité de légèreté. Difficulté pour tourner à une main
  • Part au galop seulement à main droite ou gauche.
  • Se désunit au galop des antérieurs ou des postérieurs.
  • Difficultés à changer de pied à une main.
  • Ne peut pas “raccourcir”, rassembler son galop. Au contraire, n’allonge pas son galop. A l’obstacle, des difficultés pour obtenir des foulées décroissantes, ou des foulées croissantes.
  • Des difficultés pour faire des transitions descendantes ou montantes correctes.
  • N’arrive pas à se rapprocher du pied de l’obstacle, il peut aussi être incontrôlable à l’abord des obstacles. Au contraire, ne s’éloigne pas du pied de l’obstacle à l’appel.
  • Passe ses postérieurs en rotation (sur le côté) au dessus de l’obstacle.
  • Se décale à l’abord des sauts.
  • Se réceptionne toujours sur le même antérieur.
  • Faute d’un antérieur qui ne se range pas au dessus de l’obstacle.
  • Faute des postérieurs car ne passe pas le dos et/ou garde les postérieurs sous lui.
  • Soulage toujours le même membre au repos.
  • Tape des postérieurs au box.
  • Fouaille de la queue
  • Transpire beaucoup et fait une deuxième suée après le travail.
  • Cheval sur l’oeil, fait des écarts sans rasions apparentes.
  • Raideurs, allures raccourcies, trébuche, use un postérieur en pince.
  • Ne croise pas ses antérieurs ou postérieurs l’un par dessus l’autre, manque d’amplitude dans le travail latéral.
  • Atrophie musculaire ou dissymétrie des masses musculaires marquant un dysfonctionnement (regarder fessiers, trapèzes, muscle du dos et de l’encolure). Le cheval du “côté gauche ne ressemble pas au côté droit !”. Attention pour vérifier cela, le cheval doit être posé au carré sur ces quatre membres et vous devez observer son dos en vue plongeante.
  • Irrégularités d’allures (trot, piaffer, passage).
  • Dans tous les cas, face à des réactions de rétivité ou de défenses caractérisées, se poser la question de l’inconfort ou de la douleur physique ou/et moral.
  • Un blocage vertébral peut également engendrer des perturbations fonctionnelles au niveau digestif, respiratoire, cardiaque, circulatoire, gynécologique, etc…
  • Enfin, ne pas oublier l’importance du nivellement dentaire, l’équilibre de la mâchoire ayant une répercussion sur l’ensemble de l’équilibre du squelette.
  • De même, la qualité du parage et de la ferrure vont conditionner une bonne répartition du poids du corps et le confort du cheval dans ses sabots-pieds. Un sportif a besoin de bonnes chaussures pour être performant et éviter les pathologies locomotrices du pied ayant elles-mêmes des incidences sur l’ensemble des structures corporelles.

Vous pouvez également aller lire les articles suivants pour compléter celui-ci:

https://soins-et-toucher.com/comment-reperer-les-boiteries-de-votre-cheval-ou-de-votre-chien/

https://soins-et-toucher.com/faut-il-muscler-ou-assouplir-son-cheval-ou-son-chien/

https://soins-et-toucher.com/comment-etirer-lencolure-du-cheval-et-le-cou-du-chien/

https://soins-et-toucher.com/que-faire-apres-une-seance-dosteopathie-animaliere/

Vous souhaitez en savoir plus sur l’ostéopathie appliquée au cheval, le précurseur de cette pratique a écrit un livre clair qui explique les principes de l’ostéopathie équine et propose beaucoup d’exemples pratiques et éclairants.

 

 

Recherches utilisées pour trouver cette articlemon cheval tremble en posant le pied
330 Partages
Partagez324
Partagez6
Tweetez
+1