On me demande souvent que faire après une séance d’ostéopathie animalière ? Que ce soit pour un cheval, un chien, un chat, une vache ou un animal plus exotique, il y a quelques règles simples de bon sens à respecter selon les cas. Comme on entend beaucoup de choses et son contraire, je vais proposer ici des repères que tout le monde peut appliquer en utilisant seulement le bon sens.

Pour commencer demandons-nous brièvement quelles sont les effets de l’ostéopathie pour savoir quoi faire ?

L’ostéopathie est une thérapie manuelle qui s’adresse à l’ensemble de l’être. C’est donc une approche globale qui utilise des techniques qui permettent à l’organisme de se rééquilibrer, à un système de retrouver son homéostasie. C’est à dire, sa capacité à conserver son équilibre de fonctionnement en dépit des contraintes qui lui sont extérieures… Vaste programme car chacun est unique ! Cela signifie que les réponses peuvent être variables en fonction de plusieurs paramètres dont le principale est l’état de forme globale de l’animal au moment de la séance. Après une séance, l’animal peut être dans une forme olympique, ou fatigué pendant deux à trois jours, ou encore que son attitude générale ne change pas. Dans certains cas les effets bénéfiques d’une séance peuvent se faire sentir ou être observables à plus long terme (un mois en général). Ainsi, si le propriétaire ne remarque rien de particulier cela ne signifie pas qu’il se passe rien, l’animal peut intégrer à son rythme les nouvelles informations et se rééquilibrer progressivement.

Tout cela nous amène à constater que les réponses de l’animal ne sont pas totalement prévisibles. L’ostéopathe peut avoir une idée de la manière dont cela peut évoluer néanmoins, n’oublions pas que chaque être vivant est unique et tout est possible ! la pratique sur le terrain le montre quotidiennement. Un animal boiteux, fatigué peut se “métamorphoser” en 48 heures alors qu’un autre qui vit avec des dysfonctionnements “simples” du point de vue de l’ostéopathie peut être beaucoup plus long à récupérer, à intégrer les nouvelles informations…

A la suite d’une maladie ou d’un traumatisme, une fatigue plus importante peut limiter ou retarder les capacités de récupération. Les conditions de vie en tant que contraintes sont importantes à considérer et multiples: alimentation, mode de vie, traitement médicamenteux, type d’activité, etc… Tout l’art de l’ostéopathe consiste à jauger l’état de l’animal et d’adapter son approche pour permettre un mieux être, voire la différer si son action ne garantit pas d’amélioration ou si elle peut être nuisible.

Faut-il prévoir du repos après une séance d’ostéopathie et si oui, sous quelle forme ?

Sur un animal en bonne santé, ou un sportif qui a recours à l’ostéopathie une ou deux fois par an (voire moins souvent, aie!!), il convient pour des raisons préventives d’aménager l’activité mais un repos total sans mouvement est une erreur. Pour intégrer les informations dans son corps générées par les techniques ostéopathiques et se rééquilibrer le corps a besoin de mouvement.

Aménager l’activité signifie se déplacer dans des allures calmes sans contraintes et idéalement s’il s’agit d’un cheval sans cavalier pendant quelques jours. En générale, il est conseillé de faire des mouvements en ligne droite ou des exercices de travail spécifiques à allures lentes, cadencées et dans le calme. Ces exercices doivent être adaptées à la problématique et apporter une réponse en améliorant un geste spécifique ou une posture corporelle.

Quelques exercices spécifiques de type gymnastique peuvent être prescrits en fonction des dysfonctionnements mis en évidence chez l’animal. Cela peut être du stretching, des points à masser, des exercices de mobilisations physiques en main, etc.

Le repos complet sans mouvement n’est donc pas cohérent avec l’ostéopathie. Si celui-ci est proposée, c’est qu’il y a un problème qui sort du cadre d’un dysfonctionnement. Dans ce cas, la visite du vétérinaire s’impose pour effectuer des examens complémentaires et envisager un traitement adapté. Cela est le cas lors d’atteintes des structures du système locomoteur (inflammations, tendinite, déchirure, etc) ou du système viscéral…

En revanche, pour un animal suivi régulièrement, une séance d’ostéopathie est comparable à un contrôle technique dont l’objectif est de régler subtilement l’énergie et la mécanique. Dans ce cas, sans pathologie particulière, il n’y a aucune raison d’envisager du repos. En général, ces réglages permettent d’optimiser rapidement les performances et sont très utiles aux sportifs notamment en période de compétition. En intervenant régulièrement, on limite par la prévention l’installation de problèmes handicapants. Cela permet aux athlètes de rester bien dans leur corps et d’éviter des coupures importantes dans leur rythme d’entraînement. Evidemment, d’autres techniques de soins sont complémentaires dans ce cadre (massage, thalasso, stretching, shiatsu…).

Pour l’animal qui a subi un traumatisme physique sans lésion irréversible et s’il n’y a pas de fracture (chute, abcès, accident divers), il est préférable d’intervenir assez rapidement afin d’éviter que des compensations se mettent en place. Néanmoins, selon les cas un délai peut être à respecter généralement, trois semaines à un mois sont suffisants. Par exemple lors d’une mise bas, il convient d’attendre que les tissus aient récupérés une partie de leur intégrité. Lors d’une fracture, après une opération ou un abcès de pied, il vaut mieux attendre que l’animal commence à reposer son membre et recommence à l’utiliser. Un peu de kinésithérapie (thérapie par le mouvement), est plus utile au départ, l’ostéopathie prend le relais ensuite pour vérifier la remise en fonction et l’améliorer.

Dans ce type de cas, il faut donc d’abord se poser la question du moment où l’ostéopathe animalier doit intervenir. Cela va donc être variable en fonction du traumatisme et de la récupération de l’animal. Il faut envisager à la suite de la séance une réinformation du système au niveau proprioceptif. Cela peut signifier parfois qu’il y ait besoin de repos et de rééducation. Les besoins sont alors à définir avec les professionnels à qui vous confiez votre animal.

Voilà, comme vous le voyez, les règles sont simples et l’ostéopathie s’applique à des situations variées. Pour aller plus loin et compléter ces informations, vous pouvez consulter les articles suivants:

https://soins-et-toucher.com/comment-savoir-si-mon-chien-a-besoin-dun-osteopathe/

https://soins-et-toucher.com/comment-savoir-si-mon-cheval-a-besoin-dun-osteopathe/

Et bien sûr n’hésitez pas à soumettre vos cas et vos questions dans les commentaires ci-dessous afin de mettre en place les meilleures solutions.

Pour bénéficier des effets à longs termes d’une séance d’ostéopathie équine, mieux comprendre la biomécanique et rééduquer le cheval, vous trouverez notamment dans ce livre des exercices à mettre en oeuvre en fonction des différentes régions du corps.

Recherches utilisées pour trouver cette articleexercice cheval apres ostéo, posture bancale apres ostheophate
131 Partages
Partagez124
Partagez7
Tweetez
+1