Stress physique et émotionnel des animaux

Les effets du stress sur les tissus des animaux

 

Savez-vous comment s’exprime le stress physique et émotionnel pour les animaux ? Comment le stress s’inscrit dans le corps de l’animal et quelles traces y laisse-t-il ? Quels sont les différentes types de stress ? Comment un travail en thérapie manuelle sur les fascias découvre, fait céder, voire “efface” les traces que le stress laisse dans le corps ?

Voici un certain nombre de questions qui permet de mieux comprendre l’expression de tous ces fameux blocages, douleurs ou autres symptômes qui enlèvent de la vie à la vie.

C’est en comprenant comment le stress est absorbé et comment il s’exprime dans notre corps et nos cellules (cela fonctionne de la même façon pour nos compagnons à quatre pattes) que nous allons mieux y faire face et le gérer plus efficacement.

Je vous propose de faire un tour du côté du stress de nos animaux pour voir qu’un stress, une tension physique ou émotionnel va s’inscrire de la même façon dans le corps. C’est une des raisons qui explique que les mêmes problèmes reviennent après des séances d’ostéopathie, massage, etc…

Les êtres vivants sont des êtres émotionnels avec une carrosserie, un véhicule matériel / physique qui encaisse les coups…

Celui qui crie le plus fort n’est pas toujours le coupable ! C’est un témoin qui crie “help, j’ai besoin d’un coup de main ! “. Il est un peu comme l’incendie: bien sûr, il faut éteindre le feu mais si ce qui génère l’incendie n’est pas pris en compte, le feu va se rallumer…

Stress physique ou émotionnel ? Les réactions du corps

Commençons par une définition du stress que l’on trouve dans les dictionnaires:

C’est une réaction de l’organisme à une agression, un choc physique ou nerveux, une réaction d’alarme. C’est une situation de tension nerveuse excessive, traumatisante pour l’individu.

D’après l’internaute, c’est une “tension, une perturbation physique ou psychologique dûe à des agents agresseurs variés comme le conflit, le froid ou l’échec. Hans Selye définit le stress comme l’ensemble des moyens physiologiques et psychologiques qu’un individu met en oeuvre pour s’adapter à un événement précis.”

Voici un lien pour approfondir le stress et ses manifestations: https://fr.wikipedia.org/wiki/Stress

Une situation de stress va déclencher la production de l’hormone du stress, le cortisol. Cela va activer le cortex cérébral et déclencher différents types de comportements selon la situation et l’individu.

Pour aller à l’essentiel, le professeur Henri laborit explique qu’un stress génère de la peur qui va induire différents types de comportements possibles:

– l’attaque; on se met en mode combat physique voire psychique (colère, violence verbale, etc.).

– la fuite; on cherche un échappatoire par nimporte quel moyen pour ne pas vivre la situation de stress. On peut se cacher, ne pas affronter, dévier et si possible fuir…

– l’inhibition; on encaisse en faisant comme si de rien en revêtant une armure pour ne pas montrer notre peur ou une autre émotion…

Vous reconnaissez ces différentes attitudes chez vous, les autres et et les animaux ?

Pour s’adapter et réagir aux différentes situations que nous rencontrons, d’autres acteurs participent à ces situations de stress:

– Le système nerveux autome et vasculaire en jouant sur l’augmentation des capacités cardio-vasulaires et respiratoire;

– Le système endocrinien qui régit les besoins en hormones selon les situations: le stress est gourmand en cortisol et en adrénaline;

– Le tonus musculaire s’intensifie et crée ainsi une plus grande tension afin de répondre aux besoins de mouvement des comportements: attaque, fuite, inhibition. Notons qu’en cas d’inhibition, donc une apparente absence de mouvement, la réaction est la même malgré l’immobilité physique.

 

Comment se manifeste la sensibilité de nos animaux au stress

physique et émotionnel ?

Les animaux domestiques et d’élevage tout comme les humains sont affectés par les agressions présentées par l’environnement. Ces stress proviennent du mode de vie décidé par l’homme: lieu de vie, partage de territoire, alimentation, conflits avec l’homme ou d’autres animaux, traumatismes, changements brusques, etc.

Prenons l’exemple des chevaux et plus précisément du fait que l’homme monte dessus, décide de faire de la compétition ou autre activité. Nous “gens de chevaux” avons tous vécu des situations frustrantes ou nous n’arrivions pas à obtenir ce que nous demandions au cheval, où le cheval refusait de faire quelque chose malgré notre insistance à le “contraindre”…

Heureusement avec l’avancée des connaissances, nous savons maintenant qu’il est possible de mettre en place une collaboration éthique dans la relation cheval-cavalier. Certes c’est un vaste sujet, je l’évoque ici car le stress et la qualités des relations sont vraiment reliés. Je tiens simplement à souligner que le stress que vit le cavalier dans ces moments là est partagé par le cheval. En fait, une résonance se crée entre les deux êtres…

La relation entre l’homme et l’animal tout comme celle entre les humains est donc potentiellement facteur de stress !  Envie d’approfondir les liens entre matière, énergie et information pour comprendre comment notre stress va impacter l’animal ? Voici quelques réponses ici !

Ce n’est peut être pas une surprise pour vous !

J’insiste un peu car, ce mal de dos que nous supportons parfois pendant de longues périodes est-il lié à un traumatisme physique, une chute, ou peut être au fait que nous nous imposons une vie que nous supportons mal sans toujours nous l’avouer ?

…”J’ai de l’arthrose” ! Ah, alors est ce vraiment la raison de ma douleur ? Ou est-ce une conséquence de toutes ces années que je supporte sans faire le choix de VIVRE ma vie !

Mais quel rapport avec le stress ?

En fait, notre corps engramme le stress dans tous nos tissus par le biais de nos fascias !…

 

Le stress physique et émotionnel des animaux imprègnent les tissus

corporels

Et oui, le stress laisse des traces ! Un praticien en thérapie manuelle tel qu’un ostéopathe ou un fasciathérapeute va identifier des zones où le stress s’est installé. Il va se manifester de différentes façons dans les tissus et particulièrement dans les fascias.

stress et tension du chat

Au fait, un fascia, c’est quoi ?

Pour faire simple… C’est un organe sensoriel  constitué de fibres conjonctives qui recouvrent l’ensemble du corps tel une toile d’araignée et dôté d’une grande sensibilité. Il est omniprésent dans le corps, il s’immisce et se faufile autour et à l’intérieur de toutes les structures anatomiques afin de réaliser l’unité fonctionnelle du corps.

De plus, tous les tissus corporels: muscles, ligaments, tendons, organes, viscères, os sont constitués de fascias qui se sont adaptés à leurs spécificités (rôle, contraintes, etc).

Pour approfondir le sujet, vous pouvez visionner la vidéo en dessous de l’article. C’est un peu long mais ça vaut vraiment le coup de s’y plonger, vous y trouverez certainement des réponses à des questions que vous vous posez tant sur vous que vos animaux !

Pour compléter sans vous entrer dans trop de détails anatomo-physiologiques, on peut préciser que les fascias jouent un rôle important dans:

– la proprioception ou sensibilité profonde: désigne la perception, consciente ou non, de la position des différentes parties du corps.

l’interoception: capacité à évaluer de manière exacte son activité physiologique (par exemple son rythme cardiaque). La capacité à ressentir les états internes interagit avec la cognition et les émotions. Un niveau élevé d’intéroception prédit des émotions plus fortes, condition importante pour les changements de comportement. 

la nociception: constitue une fonction défensive, d’alarme. Elle regroupe l’ensemble des phénomènes permettant l’intégration au niveau du système nerveux central d’un stimulus douloureux via l’activation des nocicepteurs (récepteurs à la douleur) cutanés, musculaires et articulaires. 

Ces trois propriétés font du fascia un organe sensible auquel on peut attribuer un rôle important dans les perceptions plus où moins fines de notre corps, de la douleur et de nos émotions. C’est pourquoi la recherche médicale et les différentes thérapies manuelles s’y intéressent de plus en plus depuis quelques années…

Toucher et thérapie manuelle des fascias

Alors comment un thérapeute manuel travaille sur ces fascias ?

Tout d’abord, le praticien recherche dans le corps des zones fixées, immobiles qui ont amené les fascias à perdre certaines de leurs caractéristiques (élasticité, tonus, mouvement).

Comment se fait-il que des zones du corps se retrouvent fixes ?

Lors d’un choc physique avec ou sans lésion observable par des examens médicaux (accident, chute, etc) ou lors d’un choc émotionnel (rupture, décès, harcelement, conflit, etc), le corps absorbe ces accidents comme il peut et des traces s’installent au niveau des fascias qui y sont particulièrement sensibles comme nous l’avons vu ci-dessus.

A force “d’encaisser des coups”, les fascias se densifient, se rigidifient et perdent leur élasticité. C’est ainsi que les capacités d’adaptation du corps au stress sont de plus en plus faibles. Avec le temps, les déséquilibres s’installent et le corps compense…

Des symptômes physiques (maux de tête, sciatique, douleurs diverses et variées) et / ou des syptômes psychiques (anxiété, mal être, comportements inadaptés) vont apparaître. Pour aller plus loin et comprendre comment la vie s’exprime au travers du corps, vous pouvez lire cet article: définir le corps et libérer la vie

Un ostéopathe qui travaille sur les fascias / un fasciathérapeute va repérer ces zones fixées et par des techniques manuelles spécifiques et douces va les remettre en fonction, en mouvement. C’est une des raisons qui explique lors du soin certaines réactions émotionnelles de la part des patients.

Un humain peut se sentir pendant et/ou après la séance submergé par des vagues d’émotions diverses plus où moins intenses, un relâchement, de la fatigue…

En fait, tout se passe comme si le praticien faisait sauter “l’armure de protection” que l’être vivant a mis en place pour gérer son stress au mieux avec ses moyens au moment du choc. Le souci, c’est qu’une fois le choc passé, le corps ne remet pas les compteurs à zéro, les traces s’installent donc durablement (zones fixes) malgré nous jusqu’à ce qu’on trouve un moyen de remettre tout cela en mouvement.

Les animaux montrent aussi des signes tout à fait similaire lors des séances. Une des différence peut être qu’ils peuvent être plus “remuants”. Si l’humain va rester bien sagement allongé sur la table l’animal peut avoir besoin du mouvement pour exprimer ce qu’il ressent, ce qu’il vit et ainsi évacuer ses émotions.

Au delà de ces effets, globalement la libération des tensions des fascias permet de stimuler les capacité d’auto-guérison du corps. Ainsi la remise en mouvement permet d’agir sur la circulation sanguine (nutrition des tissus), sur le système neuro-végétatif en agissant sur les systèmes sympathique et parasympathique.

 

Quels sont les intérêts d’une approche sur les fascias pour les

animaux ?

Tout d’abord, c’est une approche globale sans contre indications spécifiques qui optimise les capacités d’auto-régulation du corps.

Elle se pratique dans l’idéal en préventif car nous sommes tout comme les animaux victimes du stress.

Elle a son mot à dire en curatif notamment pour les comportements qui relèvent du stress émotionnel et des troubles physiques fonctionnels.

Pour les traumatismes physiques, son approche non invasive peut être complémentaire des traitements vétérinaires. Dans ce cas, les différents acteurs doivent communiquer afin de définir les rôeles et interventions de chacun dans l’intérêt de l’animal. Vous pouvez voir en cliquant sur ce lien un reportage sur la fasciathérapie équine.

Si vous avez envie de découvrir ce type d’approche pour développer une relation par le toucher avec vos animaux , vous pouvez participer à l’un de mes ateliers. Toutes les informations sont ici: https://soins-et-toucher.com/stages-ateliers/

Des questions ? n’hésitez pas à les poster dans les commentaires, et pensez à regarder le film ci-dessous 😉

2 réflexions sur “Stress physique et émotionnel des animaux”

  1. Bonjour,

    Tout ceci est tout à fait passionnant.

    J’ai une question! … Je suis équithérapeute et j’ai fait l’acquisition d’une ponette en aout, qui s’avère être pleine, mais de quand? suspens!…
    Je me demande si vous préconisez certains massages en particulier ?…

    Merci d’avance!

    Bien à vous,

    Delphine

    1. Bonjour Delphine,
      Je vous remercie pour votre intérêt 🙂
      Il est difficile de vous dire quels massages faire simplement car je ne suis pas avec votre ponette ! En fait, la règle est simple et toujours la même pour prendre soin de ses animaux… Il faut proposer le massage et être attentif aux signes de l’animal. Votre ponette va vous dire très précisément ce qu’elle aime ou n’aime pas… je vous conseille la lecture des différents articles sur le toucher que vous trouverez sur le blog pour faire vos expériences 🙂
      A bientôt.

Laisser un commentaire

felis libero. velit, accumsan ut sit ut nunc
64 Partages
Partagez64
Enregistrer
Partagez
Tweetez